Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mardi 24 mars 2015

V comme Vendel (Henri)



- Homme de lettres français
- Almenêches (Orne) 1892 – Saint-Gratien (Oise) 1949

- Etudiant à l’Ecole nationale des Chartes, Henri Vendel est mobilisé au sein du 5e RI en 1914 puis du 403e RI en mars 1915 (151e DI).
- Présent à partir de l’été 1916 autour de Reims, le régiment est aux Cavaliers de Courcy au moment du déclenchement de l’offensive Nivelle ; le 23 juin, Henri Vendel est cité à l’ordre de l’Armée et reçoit la croix de guerre avec deux étoiles.
- En août, il est à Hurtebise puis à partir de la fin de l’année 1917 plus à l’ouest, autour de Pinon puis Vauxaillon.
- En mai 1918, juste avant l’offensive allemande, il est évacué pour blessure liée aux gaz puis passe le reste de l’année hospitalisé.

- Après la guerre et la fin de ses études, Henri Vendel devient bibliothécaire dans la Marne, inventant notamment le principe du bibliobus, tout en poursuivant la publication d’écrits sous le pseudonyme de Nadel.

- En 1921 paraît Sous le pressoir, qui mélange souvenirs et fiction à propos du conflit.
- « La misère, la peur, les angoisses, les maux de toutes sortes que la guerre entraîne, ont pilé ma jeunesse. Mon âme fut comme une cuvée de raisins sous le pressoir. Je t’offre, lecteur, le vin de ma souffrance.
Je n’ai pas de prouesses à chanter ; je ne veux pas même dire : “j’étais là, telle chose m’advint, voilà ce que j’ai vu de telles batailles”. Je veux simplement, franchement, naïvement, te montrer quelles douleurs et quelles joies, quelles craintes et quelles espérances, put éprouver un homme semblable aux autres, emporté dans la tourmente. »



Source principale :